Mardi 23 septembre 2 23 /09 /Sep 17:32

Donc hier nos gentils députés,

Les mêmes qui d’une seule voix

Avaient voté pour la destruction de la liberté de la France

Pour le traité des traîtres de Lisbonne,

Ont récidivé.

Les troupes Françaises resteront en Afghanistan

Pour servir de supplétifs à l’US Army.

A

Habituellement, les soldats Français tués n’intéressaient personne.

Et là, subitement les dix derniers tombés au champs d’honneur,

Sont ignominieusement ramassés par Sarkouille pour sa propagande médiatique,

Dans quel but ?

Parce que c’est un secret pour personne,

Que la France et les Français,

Le Nain s’en fout comme de sa première magouille,

Lui le petit télégraphiste de Washington.

A

A devenir conspirationniste paranoïaque,

Je suis persuadé que nos troupes sont tombées dans un guet-apens

Tendu par l’OTAN même.

Désormais nous ne pourrions plus quitter ce bourbier sans perdre la face.

QUI BONO ?

A

Quitte à rester dans ce pays,

Autant y faire le ménage

Et destituer Amir Karzaï le trafiquant de drogue,

Et arracher le carcan-burka aux femmes.

Parce que tout comme l’OTAN est en Irak pour y voler le pétrole,

En Afghanistan elle y est pour s’enrichir du trafic d’héroïne.

Les droits de l’homme, mon cul !

A

 

http://www.nationspresse.info/?p=8684

A

Quant à la conduite de la guerre par les américains…

Leur seule compétence consiste à tapisser de bombe le pays,

Tuant indistinctement civils et loqueteux terroristes.

Alors qu’il faudrait au contraire prendre pied sur le terrain.

Comme le souligne un expert,

Non pas la planquée Hervé Morin,

Mais le général François Cann :

Les principes de la guerre sont immuables : concentration des efforts, économie des forces et liberté d’action. Actuellement les talibans sont les seuls à pouvoir les appliquer : ils choisissent l’heure et l’endroit où frapper ainsi que leur mode d’action, ils se concentrent pour leur opération et se dispersent aussitôt pour s’économiser.
Nous avons connu ce genre de situation en Algérie. Qu’avons-nous fait ? Avec patience et beaucoup de ténacité, nous avons renversé les rôles en occupant le terrain et en retournant l’insécurité contre les rebelles.
J’ai vécu ce renversement, comme lieutenant chef de section au 3ième R.P.C. du colonel Bigeard. Nous nous sommes " immergés " dans le djebel où nous avons pris la place des rebelles en étant, selon l’expression de notre colonel, " rustiques, souples, félins et manoeuvriers ". Les experts autoproclamés qu’on voit aujourd’hui à la télévision peuvent bien se gausser de cette époque en affirmant que nous ne sommes plus à l’heure des " p’tits gars " (allusion perfide à Bigeard). Je suis désolé mais cette guerre on a beau la baptiser " asymétrique " (un néologisme militaire qui passe bien dans les salons) il s’agit encore et toujours de guérilla. Et là on sait ce qu’il faut faire et surtout ce qu’il ne faut pas faire.
On sait d’expérience que, contre une guérilla ,une opération mécanisée ou motorisée frappe presque toujours dans le vide, tellement ses prémices sont voyants et bruyants et surtout parce qu’elle est liée à un réseau routier précaire.
Largement prévenus, les rebelles ont tout leur temps pour prendre le large et attendre que l’opération prenne fin pour réoccuper le terrain, surtout la nuit. Ces opérations SOP (Standard Ordning Procedures) de l’OTAN sont immuables. Elles se réalisent toujours de la même manière et interdisent toute initiative ou improvisation. Elles sont stériles. Les seuls bilans réalisés à ce jour en Afghanistan sont le fait de Forces Spéciales immergées dans les zones suspectes.
Le bon sens voudrait qu’on oriente nos forces vers une fluidité qui lui permettent d’occuper le terrain de ces zones suspectes pour y retourner l’insécurité et gêner l’action des rebelles.
Mais comme nous sommes censés être en Afghanistan pour aider ce pays à accéder à la démocratie, l’enjeu dans les zones d’insécurité est la population.
Les opérations de contre guérilla, pour nécessaires qu’elles soient, sont insuffisantes. Il faut pouvoir les compléter par des actions de pacification.
Sur ce chapitre aussi nous avons, nous les Français, une solide expérience avec ce système ingénieux et efficace des Sections administratives spécialisées chargées de prendre le contrôle des populations jusqu'alors soumises aux rebelles. Leur succès fut patent : je vous renvoie au remarquable ouvrage du commandant Oudinot " Un béret rouge… en képi bleu ". En Afghanistan, cette tâche civilo-militaire devrait être assumée par l’armée afghane … tâche ardue dans un pays qui, en coulisse, produit 22 tonnes d’opium par jour (8.200 tonnes en 2007, source Figaro 23/08/08).
Très sincèrement, les formes d’action en Afghanistan doivent être modifiées du tout au tout. Point n’est besoin d’inventer, il suffit de refaire ici ce qui a réussi ailleurs.
Il y a malheureusement dans les armées françaises une allergie à tirer des enseignements des actions passées :
Le 7 octobre 1950 en Indochine, lors de l’opération de repli de la garnison de Langson, le 1er Bataillon Etranger de parachutistes disparut corps et biens dans les calcaires de Coc Xa. Or, en 1884, le chef de bataillon Gallieni avait interdit, sous quelque prétexte que ce fut, de traverser cette zone mortelle.
Dans nos armées, l’expérience n’est pas transmissible. Beaucoup plus pragmatiques et modestes, les Britanniques et les Américains n’hésitent pas à faire appel aux officiers à la retraite qui ont déjà exercé un commandement dans une zone revenue à l’actualité et, à la demande, ils organisent un Conseil de véritables experts.
La principale utilité de ces Conseils d’experts n’est pas tellement de suggérer ce qu’il faudrait faire mais de rappeler ce qu’il ne faut surtout pas refaire. Du fait de son passé militaire, notre pays regorge d’experts mais il ne sait pas en profiter. C’est bien regrettable. 
"

 

http://club-acacia.over-blog.com/article-22342742.html

a

Peut-on lutter contre les Talibans à Kabul,

Et financer des mosquées à Paris ?

A

Nous pourrions conclure qu’heureusement

Il existe une opposition dans notre démocratique (sic !) pays.

Mais allez donc visiter les villes tenues par les socialistes,

Comme Trappes où comme à Kabul, les femmes sont tenues d’être voilées !

Epluchez entre quelles mains tombent les subventions,

Pratiquement toutes dans l’escarcelle des " frères musulmans " !

Nous apprenons que même le " gentil " Manuel Vals,

S’est abstenu, et aucuns journalistes pour souligner

Qu’il fut intronisé au mois de juin dernier par les Bilderberg.

Mais ça n’a aucun rapport, AUCUN !

A

Alors Obama ou Mac Caïn,

Nos soldats mourront pour les banquiers de Wall Street,

Les jeunes restés en France mourront aussi d’overdose.

Et nos amis journaleux nous rabâcherons

Les oreilles de la Droite ceci,

Et la Gôche cela,

Mais tous aux ordres d’Illuminés

La Grande Illusion !

A




Par Baudricourt - Publié dans : PAROLES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés