Jeudi 2 avril 4 02 /04 /Avr 12:12

Mais sommes toutes, que la Race soit niée ou sacralisée, il s’agit toujours de faire sa pelote autour d’elle et de faire sortir de son chaudron le rédempteur.

Que cette divinité soit le Prolétaire, l’Aryen ou le métis ne change rien à l’affaire. "

Monsieur XP

A

Tout d’abord, le Pacha nous fait une petite piqûre de rappel

Sur le sens des mots qui évolue à vitesse grand V

Dans notre monde en mutation de la Modernitude :

 

http://amiralwoland.wordpress.com/2009/04/01/le-sens-des-mots/

A

Bon, avec " diversité ", un jolie verbe est sur toutes les grandes lèvres,

" discriminer ".

J’espère au moins que nos petites têtes blondes de banlieue

Seront conjuguer les verbes du premier groupe grâce à lui.

Escroquerie de première et hypocrisie généralisée !

A moins d’être un Bodhisattva,

Nous pratiquons tous la discrimination !

A

Il ne peut y avoir de conscience sans corps,

Médium des perceptions.

Prenons pour l’exemple la vue.

Que voyons-nous ? Rien !

Du fait de l’atmosphère terrestre, nous sommes entourés d’un halo de lumière, je jour évidemment.

Et seulement une toute petite infime partie passe à travers notre rétine.

Que voyons-nous ? Rien !

Et encore, lorsque la lumière blanche frappe mon Bescherelle,

Une partie du rayonnement est absorbée, c’est seulement la fréquence rouge qui m’arrive à la rétine.

En fait Le Bescherelle est vert !

Que voyons-nous ? Rien !

Frappant notre rétine, les photons sont transformés par un processus physico-chimique les transformants en influx électromagnétiques, courrant le nerf optique pour être analysés par le cerveau.

C’est à la conscience d’analyser ce que voit l’œil.

Très myope, sans mes lunettes, en toute honnêteté, mon cerveau pourrait confondre mon Bescherelle rouge avec ma serviette de table de la même couleur !

Et m’essuyer la bouche avec mon recueil de minitel.

Il en va de même avec toutes nos perceptions, touché, senteur, goût, ouï, vue et mentales.

Le concept de liberté, par exemple, ne peut être perçu que par la pensée.

La conscience elle même générant d’autres états de conscience…

Mes trois neurones zé leurs synapses sont donc obligés de DISCRIMINER parmi toutes les perceptions qui y arrivent en perpétuel mouvement, sans cesse évoluant.

Vivre c’est discriminer !

A

Bien évidemment, je ne vous parle pas d’une attitude consciente et raciste

Qui écarterait tel ou tel sous d’obscures raisons plus ou moins justifiables.

Comme trop grosse, trop con, n’habitant pas la cité radieuse des Dahlias, barbu, maigrichon, analphabète trollant mon bleaugue, pas assez nègre, etc.

A

Nature humaine…

Notre conscience afin d’analyser le plus rapidement possible nos perceptions par la discrimination,

Pratique le jugement attife,

Autrement nommé le PREJUGÉ !

Petite illustration par l’image :

A


Madame broie dunoir
envoyé par CIAV

A

Ami Homo Sapiens qui naturellement aurait la méchante envie de mettre son poing dans la gueule à ce petit merdeux,

Concentre-toi sur ta respiration, et rassure-toi,

Monsieur XP d’ILYS va t’expliquer :

 

http://ilikeyourstyle.net/2009/04/01/anti-racisme-ordinaire/

A

Et imaginons même que cela soit une Carmen Cru qui aurait, en conscience, prononcé de telles idioties,

Notre devoir d’humain n’est-il pas de remplir notre cœur de compassion,

Et envoyer tout notre amour à cette sœur humaine ?

Résultat : Chez les bandes de castors juniors de banlieue

Ayant deux de neurones,

Légitimation de conchier mamie !

A

Pour les aminches que ma santé intéresse,

Je vais mieux, quoi qu’avec les anti-inflammatoires qui me bousillent les boyaux,

L’on peut pas dire que je trône en toute quiétude !

Mais mes Diafoirus m’interdisent toujours toutes activités physiques…

Ce qui m’est le plus insupportable !

Cousine zé fwèwes,

J’ai pas fini de vous emmerder ! Leaule !

Sinon mon nouveau spécialiste de l’appareil locomoteur est un véritable phénomène !

Je me suis fait méchamment engueuler

Quand je lui parlai des formalités administratives à remplir concernant les accidentés du travail…

Un maître !

Je ne suis pas là pour remplir des papelards !

C’est votre maladie qui m’intéresse pas toutes ces #& !%$£ de *+# !

Les camps de la morts ça à commencé sur des petits papiers !

ETC ! "

Houlà ! Par la suite j’appris que notre bonne société,

Maman état providence, par sa fille la CPAM,

Avait refusé de rembourser les soins de deux êtres humains,

Femmes,

Françaises ayant cotisées,

Travaillées sans faire d’esclandre toutes leurs petites vies d’humbles travailleuses,

Parce qu’elles avaient 91 ans !

C’est Attali qui va être contente.

Maestro, musique !

A




Par Baudricourt - Publié dans : PAROLES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés