Mercredi 2 décembre 3 02 /12 /Déc 17:13

Amis fantasques, passionnés des jupes plissées et bottines

Avec fouet et cravache,

Vous n'allez pas être déçus.





Irma Grese, pendue à 22 ans

Par le bourreau de Londres

Le 13 décembre 1945


En zappant d'un œil distrait,

Je tombais sur l'émission de blabla de FR3.

Celle où seules les « élites »,

Comme la gentille sous-chienne Houria ou Yu-Guy-Oh le féministe peuvent causer dans l'poste !



Pourtant il arrive aussi que quelques élites véritables si aventure.

Ce fut donc le cas pour un monsieur dont je n'ai pas retenu le nom,

A propos du cadavre que l'on prétend juger je ne sais où.

A charge y paraît que c'était un des horribles de la Deuxième Guerre Mondiale.

Un vulgaire Kapo de troisième zone, comme il y en eut tant, en tout lieu, en tout temps.

Ce brave type y laissa exploser son sadisme primaire, violence, viol, meurtre de masse,

Avant d'aller se cacher et redevenir un pauvre con ordinaire.


L'intello de la téloche prétendait vouloir comprendre

Ce qui mène des individus lambda à commettre les pires atrocités.

Pourquoi ce sadisme serait inhérent à la nature humaine ?


Moi aussi, je ne comprendrai jamais,

Comment une foule remplie de haine peut lapider une petite fille de 13 ans ?


Quelles seraient donc ces idéologies les poussant à de telles extrémités ?


Tiens, à propos des modernistes féministes télévisuels habillés en clowns,

Du genre qui n'aime pas les clichés,

Comme, les femmes seraient forcement le bien,


Petit extrait de la vie passionnante de la douce Irma :


« Elle avait l'air d'un ange...




En fait d'angélisme, elle aura plutôt laissé le souvenir d'un démon.

Spécialiste du maniement du fouet, elle en porte un glissé dans l'une de ses bottes et n'hésite jamais à s'en servir.

Elle manifeste un plaisir proche de la jouissance à la vue de la souffrance de ses victimes.

Le sang, les cris, les supplications ne font que renforcer son sadisme.

Avec le même plaisir, elle affectionne la sélection des détenus pour les chambres à gaz.

Parmi les multiples actes de cruauté dont elle se rend coupable, l'un des plus abjects est sans conteste la livraison de détenus en pâture à ses chiens affamés.

Elle est également spécialiste des humiliations sexuelles et des exécutions sommaires à l'aide du pistolet dont elle ne se sépare jamais. »

 

 

 



Par Baudricourt - Publié dans : HISTOIRE
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés